Situation au Niger

Etat de 15 années de réformes institutionnelles des administrations routières en Afrique sub-saharienne.

À partir des années 1970, la plupart des pays africains ont connu une situation économique et financière très difficile avec des tensions de trésorerie aiguës. Ces difficultés ont conduit à un ralentissement des investissements dans le secteur des transports et à une réduction des budgets annuels affectés au réseau routier. L'ampleur de ces difficultés a conduit à réfléchir à des ajustements structurels des administrations routières dont la mise en œuvre dans les pays africains au sud du Sahara, avec l'aide des partenaires au développement, a été engagée à partir du début des années 1990.

L'Association des Gestionnaires et Partenaires Africains de la Route (AGEPAR) a estimé utile de faire un état des réformes institutionnelles de ces quinze dernières années dans le secteur routier. Ce sujet était donc au programme du séminaire technique qui s'est tenu du 23 au 24 février 2006, à Bamako (Mali).

Ce numéro de Routes/Roads rend compte des communications qui ont été présentées par sept pays : Bénin, Burkina-Faso, Congo, Niger, Sénégal, Tchad, Togo (NDLR: une communication complémentaire sur la situation en Tanzanie est présentée dans le présent numéro de Routes/Roads tandis qu'un article sur la situation au Mali avait déjà été publié dans le numéro 331). Cette introduction à ces articles fait une brève synthèse des éléments communs à ces différents pays (travaux d'entretien, organisation, matériel, financement des travaux) et présente les conclusions de ce séminaire technique formulées sous la forme d'une déclaration adoptée par les participants.

Ce site utilise des cookies afin d’optimiser son fonctionnement. Ils vous permettent d'accéder en toute sécurité à votre espace personnel et de télécharger nos publications. Vous acceptez leur utilisation en cliquant sur le bouton « Accepter ».