Atelier international virtuel "Véhicules connectés et autonomes, en route vers un futur plus sûr"

27-28 octobre 2021, en ligne organisé depuis Rome (Italie)

Cet atelier international a été organisé en raison de la situation pandémique sous forme de webinaire conjointement par le Comité national italien et par PIARC à travers son Comité technique 3.1 "Sécurité routière".

Document préparatoire de l'atelier

Actes de l'atelier

Résumé et conclusions de l'atelier

Le rapport 2018 de l'Organisation mondiale de la santé sur le statut mondial de la sécurité routière (OMS 2018) montre que le nombre de décès dus aux accidents de la route continue d'augmenter, atteignant 1,35 million en moyenne par an. Ce rapport souligne le fait que les accidents de la route sont désormais la principale cause de décès chez les enfants et les jeunes âgés de 5 à 29 ans.

Il convient de noter que plus de 90 % de toutes les collisions et accidents de la route sont liés à la distraction humaine.

Parler et envoyer des textos sur des appareils mobiles, interagir avec d'autres passagers et d'autres usagers de la route, fumer, consommer de l'alcool et des drogues, gérer le tableau de bord du véhicule et adopter des comportements de conduite dangereux, notamment l'absence de perception correcte du danger.

Toutes les contre-mesures adoptées, y compris les campagnes d'information sur le respect des limitations de vitesse, le port de la ceinture de sécurité ou l'absence d'alcool au volant, ne semblent pas avoir influencé de manière significative le nombre de morts et de blessés sur les routes.

La Vision zéro, qui prévoit zéro décès d'ici 2050, semble encore loin d'être atteinte.

Les êtres humains sont faillibles et leur comportement est imprévisible.

Quelle pourrait alors être une solution efficace ?

L'automatisation de toutes les procédures de conduite qui semblent être à l'origine de presque tous les événements mortels pourrait être une telle solution.

Les véhicules autonomes et connectés et un environnement routier numérique pourraient fournir un contexte sûr qui pourrait effectivement réduire ou supprimer toutes les causes de décès et de blessures liées à la route, sans parler des coûts sociaux massifs.

Comme pour toutes les nouvelles technologies perturbatrices, il est important de tenir compte de la réaction humaine et de l'acceptation d'une telle innovation.

Enfin, et ce n'est pas le moindre, l'impact social que les VA (véhicules autonomes) auront dans notre société en permettant l'accessibilité aux transports et à la mobilité pour des secteurs particuliers de notre société tels que les personnes âgées et les handicapés.

Organisation de l'atelier international à Rome

En raison de la situation de pandémie en cours, l'atelier prévu en personne n'a pas pu avoir lieu et il a été décidé de proposer l'événement sous forme de webinaire.

Le Comité national italien, représenté par Leonardo Annese, co-responsable du groupe de travail sur la sécurité routière du Comité technique, a néanmoins réussi à organiser l'événement en impliquant une vaste représentation des meilleures pratiques et des parties prenantes italiennes ainsi que d'autres experts internationaux.

Visite virtuelle de Rome

Les deux présidents

L'atelier, accueilli par le délégué du comité national italien Firs, Domenico Crocco, a été l'occasion pour le président Claude Van Rooten de présenter le président nouvellement élu, Nazir Alli, qui prendra ses fonctions en janvier 2022.

Le Secrétaire général de PIARC, Patick Mallejacq, a conclu l'événement avec Leonardo Annese.

Les 23 intervenants de l'atelier international

L'atelier a été suivi pendant ses deux jours de sessions par plus de 100 participants de tous les continents.

L'atelier de deux jours était organisé en trois sessions axées sur les thèmes suivants :

  1. Les implications du VAC en matière de sécurité routière
  2. Facteurs psychologiques de l'acceptation des véhicules automatisés
  3. Un système d'infrastructure sûr et connecté

La session 1 s'est concentrée sur les implications des VAC en matière de sécurité routière.
La vision zéro dans une perspective autonome, les meilleures pratiques des Etats-Unis et le témoignage des Nations Unies (UNECE) ont rejoint les nouveaux besoins pour l'utilisation correcte de l'automatisation dans les auto-écoles.

Cet atelier a été une excellente occasion de présenter le rapport du groupe de travail B.2 "Véhicules automatisés : défis et opportunités pour les exploitants et les autorités routières" de PIARC, comme le montre le lien suivant, et sa traduction en italien offerte par le Comité national italien : Véhicules automatisés - Défis et opportunités pour les exploitants et les autorités routières

L'approche psychologique de l'acceptation, les implications éthiques des véhicules pilotés par algorithme, l'accessibilité des usagers de la route à la mobilité ont été les principaux thèmes de la session 2.

Deux importants programmes financés par l'Union européenne sur la confiance et l'acceptation ont été présentés lors de cette session.

La plateforme UDrive4Me a été présentée comme un produit du groupe de travail "Ethical, social and safety issues of autonomous driving" du comité technique italien "Connected and autonomous driving" afin de proposer cette nouvelle approche à travers une enquête interactive en anglais et en italien.

La session finale 3 était consacrée à la manière dont les infrastructures routières connectées et numérisées peuvent mettre en œuvre un environnement sûr. Les meilleures pratiques italiennes en matière de "routes intelligentes" et la mise en œuvre de nouvelles technologies avec l'expérience israélienne ont été une preuve tangible du déploiement en cours des véhicules autonomes pour garantir un environnement routier plus sûr et accessible.

Les plans d'action et les recommandations retenus

Le séminaire a mis en lumière les expériences et les normes internationales et sera l'occasion d'approfondir certains concepts clés, notamment en ce qui concerne l'adoption de toutes les innovations technologiques comme moyen d'assurer un contexte routier sûr.

La nécessité de prendre en compte la sécurité routière comme une perte économique quantifiable qui nécessite des investissements plus que rentables, également obtenus par l'approche autonome et connectée.

Ce séminaire a permis à des participants aux profils variés (concepteurs, auditeurs, chercheurs et étudiants) d'utiliser efficacement les nouvelles technologies et les approches récentes en matière de sécurité routière.

Vidéo d'atelier international - Jour I


Vidéo d'atelier international - Jour II

Ce site utilise des cookies afin d’optimiser son fonctionnement. Ils vous permettent d'accéder en toute sécurité à votre espace personnel et de télécharger nos publications. Vous acceptez leur utilisation en cliquant sur le bouton « Accepter ».