L'écologisation du transport de marchandises

En tant que contributeur majeur aux émissions de GES, le transport de marchandises doit également contribuer à la solution. Ce sujet évolue rapidement grâce à des innovations, solutions et expériences et revêt une grande importance pour les gestionnaires de routes et les autorités publiques. Ce document présente des exemples de bonnes pratiques. Le but de ces exemples est de mettre en évidence les projets, initiatives et politiques qui ont été utilisés par les pays membres de l'AIPCR pour rendre le transport de marchandises plus respectueux de l’environnement et de réduire les émissions de GES.

L'objectif des Nations Unies dans la lutte contre le réchauffement climatique, impliquant près de 200 parties prenantes, est de maintenir l'augmentation de la température moyenne mondiale à moins de 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels. Pour atteindre cet objectif climatique, tous les modes de transport dans tous les pays doivent viser le zéro émission (ZE) d'ici 2050. D'ici 2030, de nombreux pays se sont engagés à réduire de moitié leurs émissions. Des changements majeurs dans la flotte de camions doivent avoir lieu au cours des années 2020 pour que le transport routier de marchandises contribue à l'objectif climatique en 2030. Les pays, les régions, les états et les villes ont besoin de plans, de stratégies et de programmes de décarbonation du transport de marchandises. En outre, ce document identifie quatre approches pour réduire les émissions de GES :

L'approche 1 est de réduire les émissions de chaque véhicule. Les véhicules ZE sont les plus efficaces dans cette approche, mais l'utilisation de carburants neutres pour le climat et l’éco-conduite réduiront également les émissions. Le véhicule pourrait parcourir la même distance et transporter la même quantité de marchandises en générant moins d'émissions.

L'approche 2 consiste pour chaque véhicule à rouler moins mais à transporter plus de marchandises (massification). Une logistique et des chaînes d'approvisionnement plus efficaces y contribueront, souvent avec des bénéfices accrus pour les chargeurs et clients. La massification consiste à augmenter la capacité d’emport par véhicule avec des camions plus longs et plus lourds. Augmenter les prix du transport routier est une autre voie.

L’approche 3 consiste à réduire la demande de transport par des véhicules thermiques. Des modifications des solutions de transport visant une meilleure efficacité et le transfert modal illustrent cette approche. Le remplacement de camions ou camionnettes par des vélos ou de petites unités de transport ZE est un autre exemple. Ces approches peuvent être économiquement pertinentes face à une demande de transport élevée, si la logistique et les chaînes d'approvisionnement sont efficaces.

La dernière piste explorée est de réduire les émissions dues aux transports et engins de chantiers. L'utilisation de véhicules et d’engins ZE reste jusqu'à présent coûteuse. Cependant, le potentiel de réduction des émissions, résultant d’une réduction du transport et de l’utilisation de moins de matériaux à forte intensité de CO2, est élevé, ce qui en fait un sujet intéressant pour la décarbonation.

La mise en œuvre de ces bonnes pratiques contribuera à réduire l’impact environnemental du transport de marchandises et à atteindre les objectifs climatiques. La plupart des approches présentées peuvent être appliquées dans de nombreux pays en tenant compte des conditions et exigences locales.

Fiche d'information

  • Date : 2022
  • Auteur(s) : Comité technique / Technical Committee / Comité Técnico B.4 Transport de marchandises / Freight / Transporte de mercancias
  • Domaine(s) : Transport de marchandises
  • Type : 2022R08FR - Fiches d'information
  • Référence PIARC : 2022R08FR

Ce site utilise des cookies afin d’optimiser son fonctionnement. Ils vous permettent d'accéder en toute sécurité à votre espace personnel et de télécharger nos publications. Vous acceptez leur utilisation en cliquant sur le bouton « Accepter ».