Guide des meilleures pratiques en matière de qualité de l'air en relation avec l'exploitation des routes

La pollution atmosphérique liée au transport routier a fait l'objet d'une attention politique, médiatique et publique importante depuis le milieu des années 2010. Toutefois, malgré les améliorations de l'efficacité des véhicules au cours des dernières décennies, les émissions des véhicules contribuent encore de manière significative à des concentrations de polluants atmosphériques supérieures aux normes dans de nombreuses villes du monde entier.

L'Agence européenne pour l'environnement l'a noté : Le transport routier reste une source importante de certains des polluants atmosphériques les plus nocifs. En particulier, le transport routier est responsable d'importantes contributions aux émissions d'oxydes d'azote et de particules. La pollution dégagée par les véhicules est particulièrement importante, car les émissions se produisent généralement dans les zones où les gens vivent et travaillent, comme les villes et les villages. Par conséquent, bien que les émissions du secteur des transports ne soient pas aussi importantes en termes absolus que celles d'autres sources, l'exposition de la population aux polluants rejetés par le transport routier peut être plus élevée que pour des sources telles que les centrales électriques ou les grandes installations industrielles, qui sont souvent situées dans des zones plus éloignées et moins peuplées.

Le transport routier étant un facteur important de pollution atmosphérique, les politiques et les systèmes de transport ont un rôle clé à jouer pour réduire l'impact des transports, les ingénieurs et les responsables politiques des agences routières jouant un rôle central pour influencer les résultats futurs du transport routier.

Les solutions en matière de qualité de l'air reposeront sur une combinaison de solutions technologiques, de changements de comportement et de lieux urbains réimaginés. L'impact potentiel des technologies perturbatrices et/ou des changements de paradigme dans les comportements sociétaux (tels que les véhicules autonomes ou le passage à un modèle d'actifs partagés lié à la possession d'une voiture) pourrait créer des opportunités et créer des liens entre les secteurs de l'environnement, de l'économie, des transports et de la santé pour réduire la pollution atmosphérique et améliorer les résultats environnementaux, sociaux et économiques tout en réduisant les charges sanitaires pour la société.

En tant que tel, ce rapport intéressera particulièrement les professionnels et les décideurs des agences routières. Tout en fournissant une série d'études de cas pour refléter des exemples pratiques d'évaluation, de gestion et d'atténuation, il examine également la nécessité d'une approche multidisciplinaire pour influencer ou diriger la mise en œuvre des mesures d'atténuation routières et réaliser des réductions concrètes et importantes des émissions de polluants atmosphériques.

Il existe une interrelation et une interdépendance complexes entre les professions (en particulier au sein des agences routières ou associées à celles-ci) et les intervenants externes. Les agences routières peuvent être en mesure de créer des politiques et d'exploiter des réseaux routiers dans le respect des normes et directives nationales, mais le rôle des parties prenantes externes ne peut être sous-estimé. Le rôle des organisations non gouvernementales et des entreprises de transport par autobus et par route est particulièrement important pour réaliser des changements politiques et technologiques tangibles.

La possibilité de réduire la pollution atmosphérique dans un environnement de plus en plus urbanisé reposera sur une prise de décision solide, dynamique et ambitieuse de la part des responsables politiques, des planificateurs et/ou des régulateurs. cet égard, l'atténuation de la pollution atmosphérique ne devrait pas se reposer uniquement sur la fourniture d'une infrastructure matérielle pour résoudre un problème qui existe déjà, mais plutôt tirer les leçons des erreurs de planification non intentionnelles passées et chercher à éviter les problèmes en prenant des décisions de planification intelligentes.

Informations

  • Date : 2019
  • Auteur(s) : Comité technique / Technical Committee / Comité Técnico E.2 Prise en compte de l'environnement dans les projets routiers et l'exploitation / Environment Considerations in Road Projects and Operations / Consideraciones Medioambientales en Proyectos y Explotación de Carreteras
  • Domaine(s) : Politique routière / Environnement / Exploitation des réseaux routiers
  • Référence AIPCR : 2019R31FR

Ce site utilise des cookies afin d'optimiser son fonctionnement. En cliquant sur le bouton "Accepter", vous acceptez de naviguer sur notre site web sans modifier les paramètres de vos cookies et vous acceptez leur utilisation. En savoir plus et paramétrer les cookies.