Groupe consultatif de PIARC – Les actions du secteur routier et la réponse à la pandémie COVID-19

26 mai 2020

La dernière réunion du Groupe Consultatif de PIARC a eu lieu le 26 mai 2020 et s'est concentrée sur les activités liées au COVID-19 et sur l'impact de la pandémie sur le secteur routier.

Le groupe consultatif de PIARC se réunit une à deux fois par an pour discuter des activités récentes de l’Association et des organisations internationales invitées et pour aborder les questions et tendances émergentes dans le secteur routier.

La dernière réunion a eu lieu le 26 mai 2020 et s'est concentrée sur les activités liées au COVID-19 et sur l'impact de la pandémie sur le secteur routier. C'était la première fois que le groupe consultatif se réunissait par le biais d'une réunion en ligne au lieu de se réunir au même moment qu’un événement international majeur.

PIARC a présenté le nouveau plan stratégique 2020-2023. Les sujets présents dans l'ensemble du plan sont le changement climatique, la résilience et la sécurité routière. Le plan met également l'accent sur les collaborations gagnant-gagnant qui sont importantes et apportent une valeur ajoutée aux membres de l’Association. PIARC travaille sur une brève description de la manière dont d'autres organisations peuvent collaborer avec l'Association à différents titres, qui sera bientôt disponible sur le site piarc.org.

Le principal sujet à l'ordre du jour concernait les actions du secteur routier et la réponse à la pandémie COVID-19. PIARC a mis en place une équipe de réponse qui aborde le COVID-19 autour de ces six questions clés :

  1. Garantir la santé et la sécurité des employés en général
  2. Maintenir l'activité et la continuité des affaires
  3. Impact sur les transports
  4. Relations commerciales
  5. Relations avec les clients et les parties prenantes et travail en commun
  6. Sécurité

La réponse au COVID-19 et les actions des organisations internationales

Les partenaires de PIARC et les organisations internationales invitées représentaient un large éventail de sujets et plusieurs d'entre eux ont créé des centres de connaissances ou des collections de ressources liées à l'impact du COVID-19 sur leurs sujets de travail. Vous pouvez y accéder via la page web de PIARC, ainsi que plusieurs ressources d'autres organisations du monde entier.

La pandémie a eu un impact significatif sur les transports publics dans le monde entier, où certaines villes et régions ont connu une baisse de fréquentation d'environ 90 %. Cela a un impact important à la fois sur le financement des transports publics, mais aussi sur l'évolution de la demande d'autres modes de transport. Plusieurs des organisations partenaires de PIARC partagent l'expérience selon laquelle de nombreuses villes et régions avaient déjà des plans pour réaménager les rues afin de promouvoir la sécurité à pied et à vélo ; ces plans ont souvent été accélérés lorsque la pandémie COVID-19 a frappé, dans le but d’offrir d’autres alternatives que les véhicules à usage unique lorsque la capacité des transports publics est fortement réduite. Dans le même temps, une grande partie des déplacements à pied s'effectuent encore sur des routes peu sûres - ce qui était également le cas avant la pandémie. La sécurité routière est également une question qu'il est important de continuer à traiter, car le taux de mortalité dans les accidents a augmenté en raison de l'augmentation de la vitesse réelle sur les routes. Dans une situation où les systèmes de soins de santé sont sous forte pression, le maintien d'un faible nombre d'accidents sur les routes contribue également à la lutte contre la pandémie.

Les banques d'investissement examinent également comment une crise, telle que la pandémie COVID-19, et ses répercussions, peuvent affecter les économies et les investissements dans les infrastructures. Le développement durable reste un critère important pour évaluer les options d'investissement, et il est clair que l'investissement dans les infrastructures est un sujet important. Le CAF et la BEI soulignent tous deux les multiples avantages des investissements pour faire progresser la sécurité routière en Amérique latine et en Europe, et la Banque mondiale s'appuie sur l'expérience acquise lors de l'impact de la crise financière en 2008-2009, où elle a appris que les investissements dans l'entretien des routes rurales étaient les plus rentables lorsqu'il s'agissait de créer des emplois à court terme dans le secteur des infrastructures. Plusieurs autres organisations ont également fait part de leurs inquiétudes quant à l'impact de la pandémie sur les fonds disponibles pour les infrastructures routières et le transport routier. Lorsque le besoin de soins de santé publique aura augmenté, le budget devra très probablement être rééquilibré pour d'autres services publics, tels que les infrastructures et les transports.

Enfin, la nécessité de l'innovation, de la recherche et des nouveaux outils a été abordée sous quelques angles différents. Il semble évident que l'expérience mondiale partagée de cette pandémie pourrait avoir un impact sur les schémas de déplacement et la demande de mobilité, et nous devrons aborder l'avenir avec un regard quelque peu nouveau sur les routes et le transport routier.


En savoir plus :

Ce site utilise des cookies afin d’optimiser son fonctionnement. Ils vous permettent d'accéder en toute sécurité à votre espace personnel et de télécharger nos publications. Vous acceptez leur utilisation en cliquant sur le bouton « Accepter ».