Séances ministérielles et conférences magistrales au programme du XXVIe Congrès mondial de la Route

6 au 10 octobre 2019, Abou Dhabi (Émirats Arabes Unis)

43 ministres et 7 conférenciers d’honneur ont abordé des questions telles que l’aménagement du territoire, l’intelligence artificielle et les réseaux de transport futurs à Abou Dhabi du 6 au 10 octobre 2019.

Les séances ministérielles

La première journée du Congrès mondial de la Route a été marquée par trois séances ministérielles, composantes clés du programme, auxquelles ont participé 43 ministres devant un public de plus de 3 000 personnes. Les intervenants ont pu échanger sur l'aménagement du territoire, l'intelligence artificielle et l'avenir des transports, tout en soulignant l’importance pour les pays de travailler ensemble.

  • Aménagement du territoire

La première séance ministérielle sur l’aménagement du territoire, ouverte par Claude Van Rooten, Président de PIARC, a fourni un aperçu intéressant sur le besoin essentiel d’aménagement pour l'avenir. Parmi les sujets analysés figuraient la manière dont les gouvernements peuvent contribuer à réduire la congestion grâce à la mobilité intelligente ainsi que l'exploration des options consistant à déterminer s’il est nécessaire de parcourir de longues distances.

Les ministres des pays suivants étaient présents : Andorre, Barbade, Burundi, République tchèque, Éthiopie, Mali, Paraguay, Écosse.

  • Intelligence artificielle dans le secteur routier

La séance sur l’intelligence artificielle dans le secteur routier, ouverte par Son Excellence Omar bin Sultan Al Olama, Ministre d'État chargé de l'intelligence artificielle aux EAU, a permis aux ministres de parler des révolutions technologiques. Avec l’introduction des voitures autonomes et des voitures électriques sur la route, les ministres ont expliqué comment des systèmes innovants peuvent améliorer les services de transport et comment les gouvernements peuvent aider les exploitants à adopter ces outils technologiques.

Les ministres des pays suivants étaient présents : Angola, Japon, Lituanie, Malaisie, Nicaragua, Serbie, Afrique du Sud, Ukraine.

  • Réseaux de transports de demain

La troisième et dernière séance, ouverte par Young Tae Kim, Secrétaire général du FIT, a été consacrée à l’avenir des transports et à la manière dont les technologies connectées et les services innovants peuvent permettre de modifier la manière dont les services de transport sont fournis. 

Les ministres des pays suivants étaient présents : Australie, Cambodge, Guinée Équatoriale, Corée, Monténégro, Myanmar, Sénégal, Singapour, Espagne, Suède, Royaume-Uni.


Conférences magistrales

Le point de vue ministériel sur le secteur routier a été complété par la vision de leaders d'opinion reconnus dans le monde entier qui se sont adressés à l'auditoire sur différents sujets :

  • Excellence dans les projets d’infrastructure 

Son Excellence Mattar Al Tayer, Directeur Général et Président Du Conseil d’Administration de l’Autorité des Routes et du Transport de Dubaï, a prononcé un discours sur la transition de Dubaï en tant que ville modèle au niveau du transport dans le monde et sur les principaux projets de l’Emirat. Les principaux piliers de ce succès furent illustrés par le biais de deux vidéos, mettant en exergue le développement de Dubaï à travers le temps.

  • Sécurité routière : un défi mondial pour la santé et le développement

Le Dr Etienne Krug, Directeur du Département des Déterminants Sociaux de la Santé de l’Organisation mondiale de la Santé, a présenté un exposé percutant sur l’importance de la vie humaine, l’impact du transport routier et l’harmonie entre les deux. Des statistiques rigoureuses ont été fournies, démontrant la gravité de la situation de la sécurité routière. Toutefois, des progrès ont été signalés, la tendance à la hausse de désastres routiers pouvant être arrêtée par des politiques, des efforts et des stratégies ciblés. Aussi, un message d’espoir a été partagé alors que nous entrons dans une ère numérique nouvelle.

« Les routes ne sont pas seulement pour les voitures, les routes sont pour tout le monde »

  • Renforcement des infrastructures pour la cohésion sociale et le commerce en Afrique

Nazir Alli, Fondateur et ancien Directeur Général de l’Agence Nationale des Routes d’Afrique du Sud (Sanral), a souligné l'importance de l’amélioration des infrastructures routières pour la cohésion sociale et le commerce sur en Afrique. Avec 54 pays sur le continent africain, les liaisons routières sont plus que vitales pour les approvisionnements, par exemple en nourriture et en médicaments. Actuellement, le taux de croissance de la population africaine est de 1,1 % et devrait avoisiner les 2,25 % d'ici 2030 : il est donc primordial d’avoir une plus grande efficacité, une plus grande sécurité et une gestion plus importante de ces approvisionnements.

  • La voie du transport durable : relever le défi de la finance 

Guangzhe Chen, Directeur International et Directeur Régional en charge des transports mondiaux pour le département des infrastructures sud-asiatiques de la Banque mondiale, s’est exprimé au sujet de la croissance rapide de la classe moyenne entraînant une très forte demande en solutions de mobilité. L'une des raisons de ce changement serait le défi financier, notamment l'augmentation de la dette et un déficit d'investissement. Le défi à relever consiste maintenant à trouver de nouvelles façons plus innovantes d'atteindre une viabilité à long terme des finances, tout en améliorant la qualité des dépenses dans le domaine de l'infrastructure.

  • Recherche collaborative et défis de la mobilité routière intelligente (approche globale des fournisseurs)

Jean-Luc Di Paola-Galloni, Directeur Délégué des Affaires Publiques et du Développement Durable du Groupe Valeo, a présenté la vision des routes du point de vue de l'industrie automobile (y compris des fournisseurs) et du monde de la technologie. Soulignant les défis croissants en matière de mobilité et la voie radicale de l'électrification, de la numérisation et de l'automatisation, il a souligné l'importance de nouveaux programmes de recherche intégrés et collaboratifs permettant d'orienter les vastes opportunités et d’identifier les risques.

  • Rôle du Secteur Privé dans la Fourniture d’Infrastructures Durables 

Jesús Sancho, Président Directeur Général de Acciona Moyen Orient, a présenté la responsabilité du secteur privé à relever les défis futurs, en soulignant le potentiel inexploité de la durabilité. Il a souligné la propre taxonomie d’Acciona visant à hiérarchiser les activités économiques selon des critères de performance par rapport à six objectifs environnementaux clés, permettant ainsi de quantifier les effets calculés. Il a souligné que les clients étaient sensibles à ce prisme et a encouragé pour qu'un plus grand nombre de services publics adoptent cette approche.

  • Comment une entreprise de construction mondiale collabore avec les pouvoirs publics pour mettre en place des systèmes de transport résilients ?

André Broto, Directeur de la Stratégie de Vinci Autoroutes, a abordé les nouveaux défis auxquels sont confrontés les entreprises du secteur de la construction et des concessionnaires. Comment se mobiliser pour relever les défis mondiaux et comment équilibrer au mieux les performances économiques, sociales et environnementales. L'importance d'un modèle intégré qui incorpore le cycle de vie du patrimoine à l'environnement numérique en rapide évolution sera essentielle pour relever les défis de demain, tout comme la nécessité pour les entreprises de réagir en proposant de nouveaux moyens permettant d’impliquer les parties prenantes.


En savoir plus

Ce site utilise des cookies afin d’optimiser son fonctionnement. Ils vous permettent d'accéder en toute sécurité à votre espace personnel et de télécharger nos publications. Vous acceptez leur utilisation en cliquant sur le bouton « Accepter ».